La vie réelle des anges

Si le ciel de Los Angeles est toujours bleu saturé, la vie n’y est pas rose. Loin des cartes postales et des clichés hollywoodiens, Estevan Oriol photographie la « street-life » locale, faite de gangs, de tatouages, de prison, de lowriders, de femmes, de musique et de débrouille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Désolé, cette action n'est pas possible