Eloge du flou

Exposée à Arles 2012, Dorothée Smith travaille sur l’identité, ses constructions et ses déconstructions. Ses photographies mettent en lumière les « intermittences du corps ». Dans une émotion presque pesante, l’artiste place au centre de ses clichés des personnes que certains ne veulent toujours pas voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Désolé, cette action n'est pas possible