Eloge du flou

Exposée à Arles 2012, Dorothée Smith travaille sur l’identité, ses constructions et ses déconstructions. Ses photographies mettent en lumière les « intermittences du corps ». Dans une émotion presque pesante, l’artiste place au centre de ses clichés des personnes que certains ne veulent toujours pas voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Désolé, cette action n'est pas possible